L'histoire du Jeu de Peindre

Une tracée de plaisir

"La peinture peut être un art. 

Mais elle peut aussi être un jeu ; et cela abolit l'idée d'un don, la préoccupation de la réussite, la dépendance d'un public. Ainsi, la trace s'accomplit pour le plaisir, dans sa puissance et sa pureté.

La trace se suffit à elle-même. 

Tracer est un acte primaire essentiel dont la réalisation est tangible. L'acte par lequel s'accomplit la trace

a une profonde résonance en la personne

Nulle activité n'est aussi spontanée. Nulle activité n'échappe, à ce point, à tout apprentissage. Nulle activité ne procure un plaisir aussi immédiat. 

Le jeu avec la trace donne la conscience d'un savoir-faire incontesté ; il développe l'audace et entretient un intarissable désir.

Pour rendre possible le flux irraisonné de la trace naturelle, la personne doit être à l'abri de toute influence et de toute sollicitation.

Le jeu de peindre ne peut être fortuit, il doit être une pratique régulière, dans un lieu abrité où se déroule une activité répétée et sans distraction. Alors se produit une manifestation sans précédent, appelée Formulation. 

Désir et plaisir se conjuguent dans le jeu avec la trace.

Une impulsion  aussi spontanée est-elle possible dans une société éduquée à la retenue raisonnée? Elle doit avoir sa place en des moments privilégiés, en des circonstances propices offertes à sa manifestation. 

Le Closlieu est un espace d'une immuable perfection - un espace de rigueur et de liberté, où se rencontrent des personnes de tous âges pour un jeu sans compétition, et la Formulation devient pour elles une langue maternelle, au-delà de toute interrogation et du doute, en deçà de toute spéculation.

Ici, dans une absolue quiétude, s'écoule de la personne une trace que nul ne contemple, que nul n'accueille, - une trace sans écho - que ne dicte pas l'intention, mais qui émane d'une nécessité originelle inéprouvée.

Ainsi s'exprime ce qui, ni avec des mots, ni d'aucune autre manière, n'a jamais été manifesté."

Le Closlieu, le Jeu de Peindre et la Formulation, Arno Stern, HDiffusion, Auxerre, 2013, p.138-141